« Excusez-moi »

Cette fameuse vidéo met en scène Robert Kelly. Ce professeur de sciences politiques de l’université nationale de Pusan, en Corée du sud, réagit en costume cravate pour la chaîne britannique BBC News à la destitution de la présidente sud-coréenne. Un ping-pong télévisuel classique jusqu’à ce qu’un enfant s’invite dans le champ de la webcam. Le présentateur prévient gentiment son interlocuteur qu’une intrusion est en cours.

La fillette – couettes, pull jaune canari et sucette aux lèvres – s’approche de plus en plus de la chaise de travail de son père, lequel tente vainement de la repousser d’une main. C’est alors qu’un bébé – pas encore en âge de marcher mais armé d’un trotteur – entre à son tour dans la pièce. «Excusez-moi», lâche, stoïque, le Pr Kelly, résistant à l’envie de se retourner pour voir ce qui se passe dans son dos.

Débarque enfin une femme affolée car consciente de ce qui est en train de se tramer, en direct, à la télévision. Dans une glissade en chaussettes de haute voltige, elle vole jusqu’aux enfants, les attrape, les extrait de la pièce, et revient à quatre pattes fermer la porte du bureau.

Femme ou nounou ?

N’importe qui a regardé (en boucle) ladite vidéo a ri. Comme 85 millions d’internautes, selon le Huffington Post. Très vite, la séquence est devenue virale et les parodies se sont multipliées. Très vite, aussi, une question a émergé dans les commentaires : qui est cette femme paniquée chargée de «l’extraction» des enfants ? La femme de l’expert ou la nounou ? «La question suggérant en elle-même qu’il était difficilement envisageable qu’un homme blanc, professeur, soit marié à une femme asiatique», analyse Libération. Des photographies de Robert Kelly en compagnie de son épouse – qui n’est autre que la femme de la vidéo – ont mis un terme à ces questionnements.

« La première fois en seize ans »

Pour le Wall Street Journal, le professeur, son épouse et leurs deux enfants ont accepté de narrer les coulisses de leur «videobomb». «C’était un mélange de surprise et d’embarras, mais aussi d’affection. Quand j’ai vu la vidéo, j’ai trouvés [les enfants] tellement mignons ! (…) Depuis vendredi soir, le flot de sollicitations a été permanent (…). Nous avons dû éteindre nos téléphones pendant un moment», témoigne Robert Kelly.

«Je crois que c’est la première fois que ça nous arrive, la première fois en seize ans», ajoute sa femme, Kim, avant de dépeindre une scène de «chaos». «J’ai entendu ma fille partir, mais je ne pouvais pas la voir ! Je n’arrivais pas à trouver les enfants autour de moi.» Quant à la suite, on la connaît.

On ne s’en lasse pas…