Kevin Chang, la perfection sculpturale

« La beauté résulte d’un calcul subtil de nombres »
Le sculpteur  Polyclète d’Argos ( 420 av. J.-C).

Kevin sculpte son corps comme un artiste grecque cherche à exalter le corps masculin. Il faconne chacun de ses muscles avec précision et détermination. Au fur et a mesure de sa progression, Il se fixe des objectifs, qu’il atteint grace a sa constance et sa persévérance.  La catégorie Men’s Physique se différencie car le volume et la définition musculaire n’a pas ici à atteindre les degrés exigés en bodybuilding bien que la ligne et l’équilibre musculaire demeurent  des critères de premier ordre.  Cette discipline demande de travailler sa musculature plus en finesse.

Kevin est soumis  à des règles de vie et à des entraînements intensifs éprouvants. A force d’efforts et d’entraînements, la douleur devient même un indicateur de progrès : avoir mal, souffrir fait partie du contrat.

La douleur est très vite oubliée car le plaisir de l’aboutissement, de la réalisation, de l’accomplissement et du dépassement de soi sont autant de récompenses pour tous les efforts qu’il fournit durant la progression.

Moving Tahiti : Peux-tu te présenter rapidement pour les personnes qui ne te connaissent pas encore ?
Kevin Chang Sui Fat : Salut à tous, je m’appelle Kevin CHANG SUI FAT, né le 4 mars 1993 et ayant 22 ans, je suis un grand pratiquant de la musculation chez Roberto Gym Pamatai et par de là, un athlète Men’s Physique.

M.T : Quel a été l’élément déclencheur pour pousser de la fonte, et quels athlètes t’ont le plus inspirés ?
K.C.S.F : Ayant pratiqué du tennis durant 8 ans, un sport très cardio et recevant beaucoup de critiques de la part de mes amis et de certains membres de ma famille disant que j’étais maigre, je me suis dit que ça n’allait plus continuer comme ça et qu’il fallait que je change !

C’est pourquoi à l’âge de 17 ans j’ai commencé à m’entraîner tout seul pendant 8 mois dans mon club de tennis après mes entraînements du mercredi et vendredi, j’avais de ce qu’il y a de plus basique pour bien commencer: un banc de développé-couché et des haltères.

Après 8 mois de travail, les résultats étaient non négligeables et c’est là que tout a commencé, je me suis alors inscrit à la salle de musculation Roberto Gym (Pamatai). A cette époque, les athlètes qui m’ont le plus influencé ont été Ronnie Coleman, Jay Cutler et Kai Greene.

M.T : Pour toi, que représente la musculation ? Qu’est ce que cela t’as apporté ?
K.C.S.F : La musculation est pour moi le moyen de me sentir bien dans mon corps, d’avoir un esprit sain dans un corps sain mais aussi un moyen de me surpasser, de dépasser mes limites, et de pouvoir travailler sur mon mental.

En effet, au tennis j’ai cassé plusieurs raquettes durant les tournois car je m’énervais trop souvent sur le terrain et le fait de porter des poids m’a permis d’avoir une meilleure maîtrise de moi-même… j’ai juste à m’acharner sur les poids. Seulement, chez Roberto Gym la discipline et le respect sont les premières règles à respecter (pas de cris, pas de machines qui claquent) sinon c’est la porte (haha) et c’est ce qui m’a permis de me calmer.

La musculation m’a aussi fait découvrir un tout nouveau mode de vie, surtout au niveau diététique qui est le plus dur à faire autant pour la prise de masse que pour la sèche, les mordus de ce sport et tout particulièrement les athlètes le savent. Manger toutes les 2h ou 3h et ce, chaque jour est très important afin de maximiser les gains dans sa progression à long terme et certains peuvent atteindre jusqu’à 8 repas par jour, personnellement j’en suis qu’à 4 voire 5.

M.T : Quelles sont tes motivations et tes objectifs ?
K.C.S.F : Ce qui me motive, ce sont les athlètes de haut niveau qui concourent à l’Olympia ou l’Arnold Classic, leur physique m’impressionne et atteindre leur niveau reste un rêve pour moi. Celui qui m’impressionne le plus en Men’s Physique est Sadik Hadzovik.

Je reste également motivé dans le sens de la compétition, car comme tout sport, il faut être au top et se laisser aller même un jour, c’est laisser l’opportunité à ses concurrents de te devancer ou de te rattraper, et ça ce n’est pas envisageable. C’est pourquoi j’essaie de me donner à 200%, et si je ne suis pas au top de ma forme, je fais avec et je donne le meilleur de moi-même lors de mes entraînements.

Mes objectifs étant de finir 1er lors des prochaines compétitions de Men’s Physique au niveau local (dont une qui se déroulera le 4 septembre 2015) ou d’être au moins sur le podium c’est amplement suffisant.

Enfin étant à 77kg hors compétition en ce moment, mon autre objectif est d’atteindre 85kg sec à long terme.

M.T : Quelle(s) rigueur(s) particulière(s) demande cette discipline ?
K.C.S.F : Cette discipline requiert beaucoup de patience et de persévérance ! Surtout au début, car les résultats ne viennent pas en 1 mois, 1 année est nécessaire pour voir des résultats concrets sur son physique.

M.T : Combien de fois par semaine vas-tu à la salle ?
K.C.S.F : 5 jours par semaine me suffisent, à un moment donné j’y allais 6 fois par semaine.

M.T : Comment planifies-tu tes séances et quelles sont tes techniques préférées ?
K.C.S.F : Personnellement, je dédie chaque jour à un groupe musculaire (ex: le mardi ce sont uniquement les jambes; le vendredi uniquement les bras) mais je n’ai pas de programme spécifique pour chaque séance, je fais tout au pif, on va dire que c’est du “chao mein” 😀

Ensuite pour les techniques, j’adore faire du “squeezing” sur plusieurs exercices pour chaque muscle, c’est-à-dire que j’effectue des contractions musculaires qui durent au moins 2 secondes sur chaque répétition afin de bien sentir mon muscle se contracter.

M.T : Possèdes-tu un partenaire d’entraînement, ou bien tu préfères t’entraîner seul ?
K.C.S.F : Parfois je m’entraîne seul, parfois avec des amis, mais personnellement je n’ai pas de partenaire d’entraînement spécifique.

En effet, j’ai eu l’habitude de m’entraîner tout seul dans mon coin à mes débuts alors cela ne me dérange pas d’être seul, au contraire cela me permet d’être plus concentré et de perdre moins de temps (temps de récupération plus courts) et d’être moins distrait par mon entourage.

M.T : As-tu déjà connu des blessures ? Si oui, comment as tu surmonté cela ?
K.C.S.F : A ce jour, je n’ai eu aucune blessure en faisant de la musculation, mis à part le fait que j’ai un problème à mon épaule droite du au tennis. Du coup le fait de travailler mes épaules et mes pectoraux sollicite beaucoup mon épaule droite qui me freine dans ma progression.

M.T : Quel est ton point fort physique ?
K.C.S.F : J’ai une morphologie (ectomorphe) qui me permet de brûler les calories constamment même au repos, du coup sécher est un jeu d’enfant pour moi. Et j’adore travailler mes épaules, c’est mon point fort je pense.

M.T : Ton point faible ?
K.C.S.F : Mon point faible majeur étant ma morphologie qui fait que je brûle constamment les calories, c’est ce qui m’empêche d’avoir une bonne progression et donc une croissance musculaire accentuée. En effet, l’ectormophe a du mal à prendre du poids et il est celui qui est le moins qualifié pour avoir un corps bodybuildé, mais seulement esthétique.

j’ai aussi les jambes qui sont un de mes points faibles les plus importants (grrrrrr)!

M.T : Pour ce qui est de la nutrition, procèdes-tu as des périodes de masse, puis de sèche ? Ou bien essaies-tu de rester assez sec toute l’année ?
K.C.S.F : Au niveau de la nutrition, j’essaie de procéder à une prise de masse sèche. J’évite ainsi une prise de masse grasse qui me permet de rester plus ou moins sec durant toute l’année tout en construisant du muscle. Au final, je suis sûr d’être prêt pour chaque compétition au niveau sèche, car cela coûte cher pour réaliser une sèche après avoir fait une prise de masse puisque 2 à 3 mois sont nécessaires pour faire une sèche réussite, et sans sponsor ou sans argent cela n’est pas possible, d’où ma prise de masse sèche.

M.T : Il y a-t-il des aliments que tu bannis de ton alimentation, si oui lesquels ?
K.C.S.F : Je ne bannis aucun aliment lors de mes hors saisons, tant que je mange ça me va. Mais quand une compétition est proche, une diète adaptée est primordiale, c’est pourquoi je privilégie les viandes blanches comme le blanc de dinde, le blanc de poulet et le poisson (thon en boîte sans huile) comme sources de protéine, car pauvres en calories et en matières grasses contrairement à la viande rouge. Les sauces et toutes autres nourritures riches en lipides sont exclues lors de la sèche bien sûr.

M.T : Dis-nous quels sont pour toi les compléments alimentaires indispensables ? Ainsi que ceux que tu utilises et comment les prends-tu ?
K.C.S.F : Le complément alimentaire essentiel à avoir est la protéine en poudre, car elle est un très bon substitut aux protéines animales (viandes rouges et blanches) qui a un bon rapport quantité prix. J’ai bien dit “quantité”, puisque cela revient moins cher que de s’acheter tout le temps de la viande. En effet, un pot de protéine peut durer de 3 à 4 semaines environ. Il faut savoir que la protéine est la source de récupération et de réparation musculaire primaire des muscles.

Vient ensuite les BCAA, elles sont essentielles pour favoriser l’anabolisme (construction musculaire) contrairement au catabolisme (destruction musculaire du à un manque en protéine), et elles permettent aussi d’avoir de l’énergie durant l’effort tout en favorisant la récupération musculaire.

Personnellement je n’ai pas de préférence au niveau des compléments en protéine, mais en ce moment j’utilise que de la NitroTech (3 en 1 ►whey isolate + créatine + BCAA) de chez Muscletech, soit 1 scoop le matin au petit déjeuner et 1 scoop à ma collation 1h avant mon entraînement de 16h30.

M.T : Quand as-tu participé à ta première compétition, et pourquoi t’es-tu lancé dans la compétition ?
K.C.S.F : Ma première compétition je l’ai faite en septembre 2013 après 1 an et demi de pratique, dans la catégorie des -65kg en bodybuilding à la mairie de Punaauia suite à la proposition d’un athlète expérimenté de chez Roberto Gym (Tauhiro YIP, champion de France 2014). Ce fut pour moi l’occasion de me présenter pour la première fois sur une scène devant un public pour lui montrer les fruits d’un dur labeur, et cela a été une belle expérience !

M.T : On entend dire que tu te prépares pour une nouvelle compétition. Peux-tu nous en dire plus ?
K.C.S.F : Comme je l’ai dit pus haut, j’aimerais participer à l’IFBB Tahiti Nui Cup du 4 septembre 2015 qui sera au niveau international puisque des athlètes étrangers viendront se confronter aux athlètes locaux. A l’issue de cette compétition les vainqueurs seront qualifiés pour l’Arnold Classic d’Australie en 2016 durant lequel le niveau international est très élevé ! Seulement les inscriptions étaient closes depuis janvier 2015, fautes de moyens je ne me suis pas inscrit.

Une autre compétition à laquelle je participerai se fera en décembre, celle-ci sera uniquement une compétition au niveau local.

M.T : Qu’elle regard porte ton entourage sur la pratique du fitness ? T’encourage-t-il ?
K.C.S.F : Mes amis m’encouragent et ma famille aussi, et c’est important d’avoir des appréciations sur ton physique car ce sont des points sur lesquels tu peux te baser afin de savoir si tu as progressé ou pas. Comme tout sport, les athlètes ont besoin d’être suivis et c’est pour leur bien.

M.T : Quels conseils peux tu donner aux lecteurs qui aimeraient suivre ton parcours ?
K.C.S.F : Le conseil que je leur donnerai c’est de se lancer, si ils ne se lancent pas ils ne le sauront jamais. Dans ce sport de “malade” où on souffre physiquement et mentalement constamment durant des années juste pour faire plaisir au public qui nous regarde seulement quelques minutes sur scène, il faut en effet garder la tête haute et rester motivé car chaque jour est un combat avec soi-même, et il faut rester fort face aux nombreuses critiques qu’on peut recevoir! Il faut savoir ne pas baisser les bras.

Enfin, soyez surtout pointus, sérieux, patients et persévérants dans ce que vous faites lors de vos séances d’entraînement et au niveau diététique, c’est comme ça que vous progresserez et vous voudriez sûrement viser sur le long terme par la suite dès que les premiers résultats seront apparus ;).

Photographe : Raynald Chailloux
Vêtements : Nike Tahiti

NIKE

Tél. 40 83 38 38


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !