Maaki, la révélation authentique de la Tahiti Fashion Week 2017

Quand on pense « Fashion Week », on fantasme immanquablement sur Paris, Londres, Milan et New York, les quatre capitales de la mode.

Mais de l’autre côté de la planète, au milieu du Pacifique une nouvelle semaine de la mode s’est déroulée le mois dernier pour s’imposer comme nouvel eldorado des créateurs et créatrices Polynésiens de demain.

Plus confidentiel, la Tahiti Fashion Week s’est tenue du 14 au 16 Juin 2017. Cet évènement met sur le devant de la scène une nouvelle génération d’hommes et de femmes ambitieux. Avec leurs créations, certains apportent un message très fort sur la manière dont les cultures peuvent se mélanger. La mode est « un moyen fantastique » pour souligner l’évolution des mœurs sans pour autant s’éloigner des traditions vestimentaires locales.

C’est dans cet optique que la créatrice Solène a conçu une nouvelle collection élégante de robes aux imprimés batik et Tye and Dye. « La collection Breath de MAAKI a été inspirée par la mode locale », souligne la styliste, formée en Europe. Les silhouettes sont fluides, légères, les dos sont nus et les drapés viennent délicatement se nouer pour souligner la taille.

La créatrice, Solène, s’emploie à proposer un style à la fois authentique et contemporain. La production respecte la nature et présente une affection pour une matière écologique.

Les créations MAAKI ne sont pas passées inaperçues et sont plus évocatrices qu’il n’y paraît.

Nous avons rencontré Solène…..

Quand as-tu réalisé que tu voulais devenir créatrice de mode ?

 J’ai pris conscience que je voulais travailler par passion, et à ce moment-là j’ai compris que le domaine de la mode et de la création en faisait incontestablement partie.

Quel est ton parcours scolaire et professionnel, et d’après toi comment cela t’a préparé pour une carrière dans le stylisme ?

Après mon BTS MUC, je suis retournée en formation pour un bachelor en design de mode à Genève. J’ai ensuite décidé d’arrêter au bout d’un an mais cette année de formation m’a donnée les bases que je recherchais.

Après j ‘ai appris sur le tas comme on dit, et quand on veut apprendre quelque chose qui nous tient à coeur, on fait tout pour.

Travailles-tu avec des couturières locales ?

Je ne travaille pas encore avec des couturières locales car je fais tout moi-même pour le moment et ma priorité est de travailler le plus localement possible.

Qui sont tes plus grands modèles et sources d’inspiration, et pourquoi ?

Mes mentors sont des créateurs comme Donna Karan, Etro, Jean-Paul Gauthier. J’admire leur technique et leur créativité sans oublier les matières travaillées et les détails d’une finesse et d’une minutie incomparable.

Mes sources d’inspirations sont également les voyages, la découverte des différents artisanats, d’autres cultures, l’apprentissage de nouvelle chose telle que le « hau’ne » pratiqué en Polynésie ou le tissus Batik à Bali.

Peux-tu nous présenter brièvement la collection réalisée pour la fashion week ?

La collection Breath crée pour la Fashion Week est une manière de m’exprimer sur des coupes fluides dans des tissus imprimés de bonne qualité et de proposer des dos travaillés de différentes manières et possibilités en toute simplicité.

En parlant de la Tahiti Fashion Week peux-tu nous raconter cette aventure en quelques mots ?

La Tahiti Fashion a été un challenge pour me motiver à remettre le pied sous la machine afin de créer une collection de 12 pièces en très peu de temps. Elle s’est faite en moins d’un mois à partir de l’élaboration des idées jusqu’à la conception. J’ai obtenu une machine à coudre deux semaines avant le défilé alors le défi lancé était de taille mais j‘aime aussi avoir la pression.

D’où t’est venue l’inspiration ?

Pour cette collection je me suis inspirée de la mode locale sans pour autant perdre mon propre style.

Quel est le message derrière ta collection ?

Le message que je veux apporter est le mélange culturel entre ma France natal et le Fenua, nouvelle terre d’adoption. Une manière d’être féminine avec des coupes très décolletés sur les dos pour mettre en valeur la silhouette sous son plus beau côté.

Quelle est ta signature ?

Ma signature passe par le choix des tissus avec des imprimés de type batik ou Tie and Dye ainsi que par des coupes simples et aérés.

Quelles sont les matières utilisées ?

J’ai utilisé la viscose, un tissus très léger, fluide et confortable à porter et agréable au toucher. J’ai également opté pour le Tencel qui est une matière écologique. Le choix de mes matières est primordial et passe par le toucher.

Peut-on d’ores et déjà acheter ta collection ? Si oui, où ?

Ma collection est disponible sur rendez-vous via ma page facebook, les tissus sont en quantités très limités afin de privilégier les pièces uniques ou en édition très limité. Je souhaiterais trouver une boutique pour avoir plus de visibilité.

Comment veux-tu que les gens se sentent en portant ta collection ?

Je souhaite que les femmes se sentent bien, à l’aise en portant mes robes même si le dos peut être très décolleté, cela apporte un élan de féminité en tout simplicité.

Quelles sont tes ambitions pour l’avenir ?

Mes ambitions sont de créer par la suite des robes avec les artisans locaux afin de mettre les traditions artisanales de la Polynésie à l’honneur. Je souhaiterais aussi crée pour les prochaines collections mes propres imprimés sur place au fenua par le biais de différentes techniques.

Les idées fusent à mesures des rencontres, de mon parcours et de mes envies de m’exprimer et de ma créativité.

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui veut devenir styliste ?

De croire en ses envies et de s’accrocher car tout est possible.

Une qualité ? L’énergie

Un defaut ? Tétue

Un pêché mignon ? Le chocolat

Un objet fétiche ? Un paréo

Photographes : Tekidev  et Christopher Liau

 


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !