Pourquoi vous ne supportez pas les gens qui mangent bruyamment ?

bruits-gens-manger

Pourquoi vous êtes prêt à étrangler ou bâillonner votre voisin de table lorsque ce dernier mâche bruyamment chaque bouchée de son déjeuner ?

C’est particulièrement dérangeant, il faut l’avouer. Cela peut même en pousser certains à partir sur-le-champ ou à devenir véritablement agressif. Mais pourquoi, au juste ? Certaines personnes souffrent de misophonie, les rendant très sensibles aux bruits de tous les jours…

Cette « haine du son » rarement diagnostiquée est pourtant fréquente.

Dans une étude parue la semaine dernière dans la revue Current Biology, le lien entre ces petits bruits du quotidien et le malaise qu’ils occasionnent chez certaines personne est enfin prouvé. Bruit de mastication ou de respiration, ces stimuli peuvent sur les individus atteints de misophonie provoquer suées et accélération du rythme cardiaque, synonymes de malaise et d’énervement.

la-misophonie-ces-bruits-du-quotidien-qui-vous-insupportent_1

Ce n’est pas vous c’est votre cerveau !

L’étude faite sur 44 individus, dont 20 atteints de misophonie qui ont subi une batterie de tests auditifs, les obligeant à écouter différents sons. Cris, bruits du quotidien, stimuli connus pour provoquer des désagréments, chacun déclenchant des réactions différentes selon les sujets.

Le cortex insulaire antérieur, par exemple, influence l’attention que nous portons aux choses. Chez les personnes souffrant de misophonie, cette région est particulièrement sensible lorsqu’elle est confrontée à certains sons. Cette région étant elle-même reliée à d’autres régions, celles-ci réagissent aussi de manière amplifiée.

Pour les sujets atteints de misophonie, les sons déclenchant un malaise activent une zone du cerveau différente des sujets non diagnostiqués, entraînant ces réactions désagréables.

Une preuve flagrante que les vidéos ASMR  ou « Autonomous sensory meridian response » ne sont pas faites pour tout le monde.


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !