Billabong Pro Tahiti : Jeremy FLORES au paradis !

JEREMY FLORES

Au bord de l’implosion la saison dernière, Jeremy FLORES est revenu plus fort en 2015, au point de remporter la Billabong Pro Tahiti. Pour cueillir sa seconde victoire dans l’élite, le français a déboulonné en phases finales trois champions du monde : Slater en quarts, Hobgood en demies et Medina en finale. Le voilà 7e mondial. Quel retour !

JEREMY ET HINARANI

Ces deux dernières saisons, le français a tout connu, tout vécu. Surtout le pire. Des blessures à répétition et des résultats en basse définition. Une confiance qui s’effrite puis la motivation qui le quitte. Jusqu’à quasiment devoir faire ses bagages de l’élite, en fin d’année passée, avant qu’un sursaut d’orgueil ne le sauve des affres d’une rétrogradation du Top 34.

Et le paradis de Jeremy se situe à Tahiti. Dans ces tubes de Teahupoo où, élevé au rang de spécialiste de la gauche creuse et puissante de par ses qualités techniques hors norme de tube rider backside, il se sent comme chez lui. Rien de plus normal dès lors que de voir le Réunionnais de 27 ans triompher, cette nuit (mardi à mercredi, heure de Paris), au Billabong Pro Tahiti, où il avait déjà atteint les demi-finales en 2010 et signé un 20/20 l’année suivante. C’est pourtant dans l’adversité la plus totale que « Jezza » est enfin devenu roi de Teahupoo et troqué son casque de protection contre la couronne de l’épreuve polynésienne.

Il y a tout juste dix jours, Jeremy FLORES n’était même pas certain de prendre part à la compétition. Revenu à l’eau deux semaines avant le coup d’envoi du contest tahitien, le Réunionnais souffrait toujours épisodiquement d’intenses migraines lorsqu’il a pris la décision de s’envoler pour l’île de Polynésie française. Deux mois plus tôt en Indonésie, il s’était, en effet, fracassé la tête contre le récif du spot de Lakey Peak lors d’une session de surf improvisée. Un grave accident qui l’a ensuite contraint à observer plusieurs semaines de repos complet et à zapper l’étape de Jeffrey’s Bay, mi-juillet. Avant d’effectuer ce retour tonitruant à Teahupoo, affamé qu’il était par une année de privation du Billabong Pro Tahiti, consécutive à sa suspension de l’été dernier.

Interview Melty extrème ici.
Source : Sud Ouest Blog


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !