Je suis control freak, mais je me soigne

Bree-bree-hodge-32797288-1024-768

Control freak, qui sont ils ?

Une personne qui est control freak est celle qui dicte à son entourage le comportement qu’il doit adopter. Elle veut avoir le contrôle de toutes les situations dans lesquelles elle se trouve. Tout est planifié, calculé, organisé selon un bon déroulement qu’elle a décidé rigoureusement. Les control freaks pensent généralement que leur intervention est nécessaire. Ils cachent un sentiment de supériorité, d’où la nécessité de tout contrôler. D’après eux, ils prennent les devants car les autres ne savent pas gérer correctement les imprévus. Le moindre changement les contrarie. Rien n’est laissé au hasard, tous les détails et aléas sont imaginés et pris en compte.

control-freaks-comment-lacher-prise_5279391

Control freak , une qualité ?

Non, c’est un poison hautement toxique.

Voire même un aller simple pour le burn-out. Cette soif du détail, cette obsession du faire « toujours mieux », cette quête de la perfection, du zéro défaut, ce haut degré d’exigence et de rigueur conduisent les individus perfectionnistes, travailleurs acharnés, a être frappés plus souvent que les autres salariés par le burn-out, l’épuisement professionnel, l’usure psychique et physique.

Les résultats de l’étude « Multidimensional Perfectionism and Burnout : a Meta-Analysis », démontrent que les préoccupations des perfectionnistes sont non seulement les causes directes du stress générant burn-out et problèmes de santé, mais peuvent également saboter la réussite des individus dans les domaines professionnels, scolaires ou sportifs.

D’où vient ce trait de caractère ?

La peur de l’échec ! C’est ce qui motive cette soif de pouvoir et de contrôle absolu. La peur et le sentiment d’insécurité sont leurs plus grands ennemis qui font d’eux des éternels insatisfaits. Souvent malheureux, ils s’obligent à viser la perfection, si difficile à atteindre vu le degré d’exigence imposé. Une peur qui dirige une vie strictement organisée. Le control freak se fait violence et complique l’existence de son entourage.

-639206_w1020h450c1cx1270cy1013

Comment le détecter et se  soigner ?

Avoir peur de mal faire : à quoi reconnaît-on une control freak ?

A quoi reconnaît-on une control freak ? Au test du voyage. Celle-ci va faire sa valise deux semaines en avance, éditer de multiples listes (celles des médicaments, celles des choses à ne pas oublier, celle des…), vérifier approximativement 45 789 fois qu’elle a bien pris son passeport et arriver…4h45 en avance en salle d’embarquement.

Elle commencera ses vacances sur les rotules, épuisée par toutes les pensées anxiogènes qu’elle a accumulées. Gérer son stress, une notion qu’elle ne connaît pas. Du tout.

La nuance entre quelqu’un qui est perfectionniste et quelqu’un qui est control freak est extrêmement faible. Mais dans ce style de cas, la limite est plus que franchie !

boss-control-freakÊtre tout le temps dans le contrôle : Notre société en cause ?

Il n’y a qu’à faire un petit tour sur Instagram pour comprendre. Ils sont des milliers à vous vanter les vertus du contrôle de soi. A grand renfort d’eat clean et autres bikini body, le message est clair : vous êtes au top lorsque vous avez une maîtrise parfaite de vous-même.

Corps d’athlète (body challenge),diététique sans tâche (sugar detox), intérieur digne d’un magazine de décoration (#instadeco)… Ceux et celles qui ont le pouvoir (comprendre : le plus de followers) sont ceux qui vous prouvent qu’ils sont maître de leur propre corps et donc… de leur vie. En théorie du moins.

Parce que la réalité est souvent très loin de la photo filtrée. L’instagrammeuse star Essena O’neil qui s’était insurgée contre les diktats d’Instagram ne vous dira pas le contraire. Le problème ? Si, a priori, c’est un booster dans un premier temps… Il est facile de tomber dans le côté obscure de la force. Et de devenir control freak.

Être perfectionniste : Comment s’en sortir ?

Celles qui cherchent à tout prix à contrôler leur environnement sont avant tout de grandes anxieuses. C’est donc primordial d’apprendre à gérer ses émotions pour réussir à diminuer son anxiété.

Il est également important de comprendre d’où provient cette envie suprême de bien faire, cette obsession de la perfection. Un travail à réaliser avec une psychothérapeute si possible.

Pour provoquer un déclic, il est bien de vous demander quel est le revers négatif de votre quête de perfection. Est-ce que votre famille en pâti ? Est-ce que cela vous rend plus heureuse ou, au contraire, est-ce une source de stress ? Est-ce que vous le faites pour vous ou parce que vous recherchez de la reconnaissance ?

Dernier conseil, et pas des moindres : obligez-vous à faire le test du lâcher prise. Pour celles qui sont addict au running, tentez de ne pas aller courir un soir, l’air de rien, comme ça. Résultat ? Eh bien pas grand chose, justement. Vous pourriez ainsi réaliser que ce n’est pas parce que vous n’effectuez pas telle tâche domestique ou telle activité quotidienne que votre monde risque de s’écrouler.


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !