Les quincados, la génération X s’offre une seconde jeunesse !

Vous avez entre 45 et 55 ans, votre ainé entre 20 et 27 ans et  un pré-ado 12 ans….dans votre armoire : des jeans Used, des tee shirts  Abercrombie et des Converses. Vous faites du sport et pas des moindres : du Grit Force, du VTT  ou du Stand Up Paddle. Vous êtes en super forme et rien de vous arrêtes même pas une épidémie de chikungugna !!

Le matin vous sautez dans votre voiture, toujours un peu en retard, mais jamais sans votre ipod branché sur le volume maximum ni votre paire de lunette de soleil dernier cri.

Vous vous êtes reconnu? Il n’y a plus de honte à se prendre pour des « djeun’s » car pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’âge a rajeuni, dit le sociologue Serge Guérin, et le regard social doit évoluer.

On déplore qu’il n’y ait plus d’enfants : ils sont préados à 9 ans. Plus d’adultes : ils sont immatures pendant 30 ans. Et voici qu’il n’y a plus de vieux : désarroi !

Avez vous entendu parler des quincados ? Non ce n’est pas les membres emplumés d’une tribu d’Amérique du sud croisés par Levi-Strauss.
Ce terme est la contraction entre quinquagénaire et adolescence. Quel est cet  animal si étrange, composé de deux éléments à priori si opposés ? Mais la visite du zoo des nouvelles générations, avec ses termes new-age, révèle bien d’autres surprises !

Les  quincados , se comportent, nous dit-on comme de grands enfants.

Leur but : profiter de la vie….

Bel objectif qui n’est pas franchement nouveau ! Ce qui l’est, ce sont les moyens utilisés à cet âge, qu’on aurait  jugé peu conforme à une autre époque !

Taper le mot « quincado » sur internet, vous montre que vous êtes bien un has been, un décroché, si cette appellation n’apparait pas déjà dans vos favoris.

Vous vous imaginiez, qu’un jogging une fois par semaine suffisait pour faire de vous un type dynamique ! vous êtes loin de la réalité. Il serait temps de vous formater, et de vous secouer, pendant que le temps est encore de votre côté !

Exercices obligatoires : Le quincado fait des triathlons en tout genre, du kite, du surf ;  il fait de la moto, pas du mikado, batifole, ne lâche rien, et surtout pas du côté sexuel, où il assure comme une bête ! Plutôt qu’un paquet de chewing-gums, il a sa réserve de viagra dans la poche, s’amuse de tout comme un gosse ! D’ailleurs, c’est un gosse, hormis les apparences de la date de naissance ! Il tente de gommer au mieux ses rides avec des injections de collagène.

Il ou elle, porte une ou des nattes, et sautent sur tout ce qui passe à leur portée, en se pourléchant les babines.
Bientôt, même les déambulateurs ne s’appelleront plus ainsi ! Ce seront des sex-toy de couleur rose, montés sur amortisseurs, à la façon des moutain bike.

Danses-Urbaines-Lyon-cours-hip-hop-et-cour-house-dance-lyon

 Il n’y a de limites que celles que vous vous fixez …. »Just Do it » !!

Le quincado a tant bien que mal connu toutes les révolutions, et toutes les guerres, comme disait Francis Cabrel ! Il veut garder à tout prix son acné juvénile, qu’il montre comme une preuve, à moins que ce ne soit qu’un tatouage.

De « The time they are changin’ », à « Blowin’ in the wind !” tournant en boucle, repris en mode disco, reggae, rap, ils n’ont pas vu le temps passer. Il est vrai qu’il est plus facile d’avancer, quand le vent vous pousse dans le dos.

Où est-il donc passé, ce fameux conflit des générations, dont on nous rabattait les oreilles dans les années 70 ? A l’époque, les vieux, terme maintenant maudit portaient des vêtements tristes, les femmes étaient même pas maquillées encore moins teintées, sombrant dans le grand âge dès  40 ans.

Pourquoi faudrait-il se complaire dans l’acceptation de nos peines, de nos corps qui penchent, sans se rebeller ?

Pourquoi refuser un dernier verre avant la fin ? Et un dernier lifting ? Et des seins relookés ? Et…
On se regarde dans la glace : « Non mais, t’as vu ta gueule ! » Ricane votre double.
Mais finalement on s’en fiche car la liberté on la conjugue à tous les temps et  on lui met un prix !
On n’a plus de complexe, on a dépassé  le cap…la piste de danse nous appartient, le temps presse on ne le laissera pas passé assis sur le banc de touche.

Il arrive parfois que les sourires deviennent des ricanements, à peine a –t-on le dos tourné. Cela tiendrait-il à une sorte d’esprit de revanche, de la part de gens bien plus jeunes ?

On parle des trentenaires, bien sûr, et même des « vingtenaires », quoique ce mot ne soit pas trop utilisé, ne couvrant aucune réalité correcte, en dehors de sa terminologie.
On parle maintenant à leur propos d’adulescents, pour baptiser cette nouvelle bête, qui vivrait sa maturité, entre 15 et 35 ans, traînant une adolescence prolongée dans les jungles urbaines.

Des sociologues se sont emparés de ce nouveau fait de société, et lui ont donné donc ce nouveau nom ! Ce mot d’adulescent ne serait-il pas plutôt un terme éponge, fait pour nous blanchir de la culpabilité de voir autant de jeunes errés dans une société de vieux qui refusent de leur laisser la place ?

Autrefois, c’est vrai, on passait de l’enfance à l’âge adulte sans passer par aucune salle d’attente ni gare de triage. L’adolescence, et ses déclinaisons génériques s’est  répandue comme les radiations d’un nuage radio-actif sur l’ensemble de la population, et les strates de l’existence.

Ce n’est pas le fait d’être toujours en forme et de faire des activités qui fâche, bien au contraire !
Vive le sport, et l’esprit de jeunesse et de curiosité.  Les rides dévoilent de nouveaux lieux de vie et de beauté !
Surtout l’esprit d’émerveillement, et de non crédulité, bénéfice de l’expérience, qui nous ne fait pas prendre les vessies pour des lanternes !

Les quincados attendent l’heure d’être grands-parents, la trottinette free style à la main. Eh oui ! ils  leur apprendront le surf, le kite et la chasse sous-marine….On ne les appelera ni papi ni mami mais Moonette ou Grand Chef Indien.

On ne les verra pas faire du tricot assis sur un banc !

Credit photo : Le temps


Il est 1 commentaire

Ajoutez le vôtre
  1. Abc

    Il est surtout pété de thunes le quincado il y a fracture sociale. Et c’est parfaitement injuste ceux qui sont pauvres seront vieux j’en vois tous les jours des pauvres de 50 ans ils ne profitent de rien. Tout ce qui leur reste c’est la picole et la bouffe.


Laisser un commentaire

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !