Rosh Hashana, bonne et douce année !

rosh-hashana2-003

Cette année, Rosh Hashana est fêté le lundi 14 et mardi 15 septembre 2015. Les festivités débutent dès le dimanche 13 au soir, une journée juive commençant après la tombée de la nuit. Appelé Chabbaton, Zikhron terouah ou Yom Terouah, ce jour est considéré dans la Torah comme le Nouvel An Juif, ainsi que l’anniversaire de la création du monde. Cette grande fête s’étend sur deux jours et marque le début de 10 jours durant lesquels les fidèles doivent se repentir de leurs pêchés de l’année passée. A la fin de cette période de pénitence, on fête le Grand Pardon, à savoir Yom Kippour.

Les fêtes juives représentent plus que des réunions de famille ou des gueuletons. La plupart des gens ne se rendent pas compte de leur profonde importance spirituelle et de leur pertinence accrue dans nos vies actuelles.

Les fêtes juives sont une trajectoire de la destinée de la nation, un électrocardiogramme de notre rythme cardiaque battant à l’unisson. Les symboles des fêtes juives transmettent de l’information qui serait autrement perdue dans le labyrinthe de l’histoire ou bien déformée au-delà de toute vraisemblance. Mais nos fêtes délivrent des messages non seulement sur notre passé, mais aussi sur notre présent et notre avenir.

Là où tout a commencé

En tête des fêtes juives, en automne, vient le Nouvel An juif, Roch Hachana (Tête [Début] de l’année). Il désigne un éveil spirituel. Cette fête marque le moment où une personne ressent le désir de découvrir le sens de la vie.

Adam (le mari d’Eve et, pendant un bref moment, résident du jardin d’Eden), était la première personne à contempler la signification de la vie. Nous célébrons le jour où il a commencé à y réfléchir comme le début de l’année, le début du calendrier juif, connu sous le nom de Roch Hachana.

En d’autres termes, Rosh Hachana n’est pas seulement un jour du calendrier; il est une étape importante du développement spirituel. En ce jour, nous nous remémorons notre traversée spirituelle de l’année précédente, et cherchons à apporter des corrections pour l’avenir.

Sur la table des festivités

Rosh Hachana symbolise notre aspiration à des valeurs plus élevées, de bienveillance, de partage, et d’attention réciproque les uns envers les autres. L’essence du judaïsme est l’unité et l’amour fraternel, exprimés dans les paroles: « Ce que vous haïssez, ne le faites pas à votre ami », et « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » La tradition de manger une tête de poisson symbolise notre décision d’être en tête pour mener les autres et nous-mêmes vers l’union.

La grenade, avec ses nombreuses graines juteuses, nous rappelle que nous aussi, nous sommes comme des semences, et qu’il est temps pour nous de mûrir spirituellement par l’unité. Les graines représentent également nos désirs égoïstes, que nous devons apprendre à satisfaire de manière plus équilibrée, comme réaliser nos aspirations en contribuant à la société.

La pomme à Rosh Hachana symbolise la «transgression» primordiale de désunion. Nous la trempons dans du miel qui symbolise l’adoucissement (la correction) grâce à notre unité rétablie. Pour atteindre cette unité et raviver notre amour fraternel, nous devons nous élever au-dessus de notre égoïsme et l’équilibrer en établissant des liens positifs entre nous.

Les Grandes Fêtes

Les jours saints commencent à Roch Hachana et se terminent le jour de Yom Kippour. Roch Hachana est aussi le début des dix jours de repentir. Ce temps de réflexion est notre chance pour changer ; il nous donne accès à nos âmes lorsque nous choisissons de prendre le contrôle de nos vies et d’être en tête, et non à la queue en suivant passivement les exigences de la vie.

C’est parce que le noyau du judaïsme est l’amour envers autrui, qu’il est coutumier de mettre un accent particulier sur notre attitude envers les autres au cours de ces jours. Cependant, ce comportement symbolique représente un changement majeur dans notre approche de la vie en général, celui de passer de l’amour de soi à l’amour des autres. Une fois que nous y parvenons, nous émergeons purifiés à la fin de Yom Kippour, et une année d’amour fraternel et d’attention mutuelle peut alors vraiment commencer.

Bonne année !

Source : Melty


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !