Des traces de pesticides dans les trois quarts des fruits français

photo-1512621776951-a57141f2eefd-810×425

Une étude récente publiée par l’ONG française Générations Future a révélé que 72,6% des fruits non biologiques contenaient des résidus de pesticides.

Ce rapport, basé sur les données officielles de la Direction Générale de la Consommation et de la Lutte antifraude (DGCCRF), examine la présence de résidus de pesticides dans les échantillons de 19 fruits et 33 légumes en France.

De 2012 à 2016,72,6 % des fruits et 41,1 % des légumes non biologiques ont été contaminés par les pesticides. Il est inquiétant de constater que 2,7 % des échantillons de fruits et 3,5 % des échantillons de légumes présentaient des teneurs en pesticides supérieures à la limite maximale de résidus (LMR).

Les fruits les plus contaminés sont les raisins (89 % des échantillons), les clémentines et les mandarines (88,4 %) et les cerises (87,7 %). En outre, 6,6 % des échantillons de cerises et 4,8 % des échantillons de mangues dépassent la teneur maximale en résidus.

Les légumes les plus contaminés sont: le céleri (84,6%), les herbes fraîches (74,5%) et les endives (72,7%), 29,4% de l’échantillon d’herbes fraîches dépassait la LMR (hors persil, ciboulette et basilic).

Compte tenu des effets des pesticides sur la santé humaine, ces chiffres soulignent la nécessité absolue de changer le modèle agricole « , a déclaré Eric Andrieu, député européen de S&D. Nous devons soutenir nos agriculteurs dans la transition vers des méthodes de production plus respectueuses de l’environnement et de la santé des consommateurs.

Le secrétaire d’État au ministère de la transition écologique, Brune Poirson, a déclaré dans un tweet que le rapport « souligne la nécessité de mettre un terme à l’utilisation incontrôlée de produits agrochimiques tels que le glyphosate ».

Le glyphosate, principal ingrédient actif de RoundUp, le célèbre herbicide de Monsanto est considéré comme « probablement cancérigène » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Toutefois, en décembre 2017, à la suite d’un mois de débat et d’une vive opposition des citoyens, la Commission a décidé de renouveler la licence de commercialisation du glyphosate pour cinq ans.

En guise de suivi, le Parlement a mis en place une commission spéciale sur les pesticides (PEST) pour examiner la procédure d’autorisation des pesticides dans l’UE, ainsi que les « défaillances potentielles dans la manière dont les substances sont évaluées et approuvées scientifiquement ».

Au niveau européen, la procédure d’autorisation actuelle ne permet pas l’élimination rapide des substances dangereuses du marché, étant donné qu’elles sont encore vendues dans l’attente du renouvellement de leur licence, comme ce fut le cas pour le glyphosate.

En outre, la directive de 2009 n’autorise l’interdiction des substances dangereuses qui ont été approuvées qu’après la mise en œuvre du règlement.

Notre comité PEST profitera de toutes les possibilités procédurales pour garantir l’accès des citoyens à une alimentation saine. Le lien entre la santé et l’alimentation sera un fil conducteur de notre travail « , a déclaré Eric Andrieu.

Pour manger des légumes sans traces de pesticides, l’autre solution, radicale et efficace, est de se mettre à une alimentation 100 % bio. Cependant, cela représente souvent un coût élevé. Autre solution, faire pousser ses fruits et légumes dans un potager ou un jardin partagé peut apporter son lot d’avantages. En plus de savoir exactement d’où viennent vos produits, cela vous permet de vous impliquer réellement dans votre alimentation.


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !