La chemise hawaiienne, l’histoire de rencontres culturelles

La chemise hawaiienne fait certainement partie de vos souvenirs d’enfance ou de jeunesse. Certaines penseront : « Mon père en avait il y a très longtemps ». Effectivement, il fut un temps ou la chemise hawaiienne était celle que l’on portait en toutes occasions.

Colorée ? Oui. Confortable ? C’est sûr. Les chemises hawaïennes ou « Aloha » comptent parmi les vêtements les plus réputés au monde. Le voyage trépidant qui les mène au-delà des îles Hawaï est une histoire de surfeurs, de marins et de rencontres culturelles.

Connaissez-vous la fameuse histoire de la chemise Hawaiienne ?

Bien que Hawaii était encore autonome dans les années 1880, les entreprises américaines dominaient l’économie locale. Cherchant de la main-d’œuvre bon marché, les propriétaires de plantations américaines ont enrôlé des travailleurs étrangers. Les Chinois, les Coréens, les Portugais et, les immigrants japonais sont arrivés en très grand nombre.

Effectivement, les chemises Aloha ont des racines japonaises. Ceux qui avaient quitté leur pays d’origine apportaient souvent avec eux des kimonos multicolores. De leur côté, les nouveaux arrivants philippins et chinois ont apporté des talongs barong (un type traditionnel de chemise sans encolure) et des soies multicolores.

En plus de ces influences étrangères, les chemises hawaïennes s’inspirent également de la mode autochtone. Avant les années 1800, la plupart des Hawaïens créaient des vêtements en tapa (ou « kapa »). Fabriqué à partir de fibres d’arbres, le matériel était coloré avec des colorants végétaux rouges et jaunes, qui avaient tendance à s’estomper rapidement.

Lorsque le temps des plantations a commencé, de nouveaux tissus sont apparus. Travailler dans les champs nécessitait des vêtements résistants, épais et raisonnablement bon marché : le palaka. Nommés d’après le mot hawaïen signifiant « redingote », ces articles en denim à carreaux étaient parfaits pour les corvées en plein air. Cependant, contrairement aux vraies chemises Aloha, ils avaient des manches longues.

Les historiens s’accordent à dire que les premières chemises hawaïennes authentiques ont vu le jour dans les années 1920 et que, même si nous ne savons pas qui est réellement à l’origine de ce concept, certains « pères fondateurs » méritent des hommages.

Dans les années 20, Gordon Young, étudiant à l’Université d’Hawaii, a travaillé avec le couturier de sa mère pour développer la première chemise Aloha. Pour la matière, ils ont choisi le tissu japonais yukata, qui est habituellement utilisé pour la confection d’une robe légère. Les motifs comprenaient du bambou et des formes géométriques sur fond blanc. Bientôt, ses camarades de classe ont commencé à se promener avec les mêmes chemises. Young étudiera plus tard à l’Université de Washington, où cette mode révolutionnaire a fait tourner bien des têtes.

Les chemises Aloha doivent leur nom et leur renommée à l’homme d’affaires chinois-hawaiien Ellery Chun. Après avoir obtenu un diplôme en économie à Yale, Chun revient au magasin familial à Honolulu en 1931. Alors que la crise de 1929 marquait un tournant, l’établissement de Chun – comme des milliers d’autres – semblait destiné à la faillite.

Puis, en 1936, alors que le business s’écroulait et comme il l’expliquait au Honolulu Star-Bulletin plusieurs décennies plus tard, « j’ai eu l’idée de promouvoir un style local de chemise ». Comme Young, il a choisi le tissu yukata, et Ethel, la sœur de Chun, a créé des motifs tropicaux. Ils ont exposé les chemises dans la vitrine du magasin avec un écriteau qui disait « Aloha Shirts ». « C’était tout nouveau au début », dit Chun, « mais je sentais qu’elles auraient un grand avenir ». Il n’avait pas tort.

Peu de temps après, les chemises hawaïennes ont été produites en série. En tête du marché se tenait Alfred Shaheen, un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale qui avait monté sa propre entreprise de vêtements (« Shaheen’s of Honolulu ») en 1948. Les chemises Aloha était sa grande spécialité, et comme les ventes ont explosé, il a embauché une équipe d’artistes locaux pour concevoir des motifs colorés qui incluaient des images japonaises, chinoises et hawaïennes. En 1959, Shaheen comptait 400 employés et a réalisé des profits annuels de plus de 4 millions de dollars, faisant de lui le plus important fabricant de chemises Aloha de Hawaii.

Un succès auprès des plaisanciers, le produit a également proposé aux militaires de la marine qui les portaient quand ils n’étaient pas en service. De retour à la maison, les soldats rapportaient leurs nouveaux souvenirs. Couplé avec le début des vols commerciaux vers Hawaii, cela a fait grimper les ventes. Comme l’affichait une campagne de marketing, il s’agissait en fait de « cartes postales portables ».

La popularité des stars d’Hollywood a donné un nouvel élan. Montgomery Clift et Frank Sinatra portaient une chemise Aloha dans « From Here to Eternity » en 1953. Bob Hope en a arboré plusieurs tout au long de la série de films The Road. Et Elvis Presley a séduit les fans avec sa chemise Aloha rouge vif sur la couverture de la bande originale de Blue Hawaii en 1961.

Bien sûr, le fait que plusieurs présidents (comme Harry Truman et Richard Nixon) ont été photographiés vêtus d’une chemise Aloha a également joué un rôle important. Cependant, Barack Obama, originaire d’Hawaï a publiquement refusé de porter une chemise Aloha lors du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) qui s’est tenu à Honolulu en 2011. Traditionnellement, on s’attend à ce que les dirigeants du monde posent pour une photo de groupe en chemise hawaiienne pour représenter le pays organisateur. Cette fois, cependant, le commandant en chef des États-Unis a rendu ce choix facultatif.

« Il y a deux ans, lorsque j’étais à Singapour et qu’il a été annoncé que nous accueillerions le sommet de l’APEC ici à Honolulu, j’ai promis que vous devriez tous porter des chemises Aloha « , a rappelé M. Obama à ses collègues. « Mais mon équipe m’a convaincue de rompre avec la tradition, et vous ne serez pas obligés de porter vos chemises Aloha, même si je comprends que certains d’entre vous aient déjà prévu de le faire. Heureusement, vous aurez l’occasion de les porter dans les prochains jours ».

En fin de compte, personne n’a mis la sienne à l’heure de la photo.

Aloha Fridays

Si votre milieu professionnel vous permet de porter une tenue plus décontractée une fois par semaine, vous pouvez remercier les passionnés de chemises Aloha. A Hawaii comme à Tahiti le climat peut être très humide, porter une chemise classique n’est pas toujours agréable. Dans les années 60, l’industrie de la mode à Honolulu a lancé l’Opération Libération, une campagne visant à promouvoir le port de vêtements plus légers et plus informels dans les bureaux hawaïens.

Les chemises Aloha étaient la pièce maîtresse du mouvement – les partisans ont même offert deux chemises gratuites à chaque membre du Sénat et de la Chambre des représentants de l’État. Leurs efforts ont porté leurs fruits et au cours de l’été 66, les employés du gouvernement ont été encouragés à porter des chemises hawaïennes le vendredi. Cette coutume appelée « Aloha Fridays »-a traversé l’Ocean Pacifique pour être adoptée par les Polynésiens. C’est l’occasion pour certain de sortir leur superbe chemise Hawaienne au style vintage très chic.

POUR ELLE

POUR LUI


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !