Comment fabriquer un composteur ?

Qu’est-ce qu’un composteur ?

Le composteur est souvent surnommé « l’or noir du jardinier ». En réalité, la chose la plus importante dans votre jardin, dans la forêt et sur la planète, c’est le sol.

Composter, c’est recycler les déchets organiques de la maison et du jardin. L’idée est de les amasser en tas pour qu’ils se décomposent. Ce processus de transformation est un fertilisant excellent, naturel et de qualité. Le compost allège et nourrit la terre. Composter c’est être sage et respectueux de la nature !

La matière organique compostée rendra vos plantes plus saines et plus résistantes aux maladies. Plus vous composter d’éléments différents, plus le composte sera fertilisant.

Dégradés pas des micro-organismes, les matières organismes se transforment en substance riche d’éléments nutritifs. Il est possible de composter de plusieurs façon : en tas (si vous avez un grand jardin), en silo (pour les petits espaces) ou de surface.

Comment réussir son compost ?

Presque tous les déchets végétaux et organiques ménagers sont autorisés. Les fruits, les légumes, les épluchures, les coquilles de fruits secs, les coquilles d’œufs, le poisson, la viande, le thé et le café, les serviettes en papier… Vous pouvez également mettre tous les déchets du jardin, excepté les troncs et les branches supérieurs à 1 cm de diamètre. Il ne faut pas laisser des gros bouts de déchets. Le plus petit, le mieux c’est !

Faites attention, le compost ne doit pas contenir de plastique, de métal, de substance polluante ou toxique. Les écorces d’agrumes ne sont pas conseillées car elles attirent certains insectes. La règle générale est de ne jamais mettre plus de 25 du même déchet dans le composteur.

Sa fabrication

Privilégiez le bois, il est esthétique et peu coûteux. Le composteur en bois peut durer 10 ans environ. Vous pouvez également le faire en brique ou en grillage. Dans tous les cas, il faites le au maximum avec des matériaux de récupération. La solution idéal pour fabriquer soi-même son propre composte est la palette.

Avant de vous lancer dans la fabrication de votre nouveau composteur, choisissez un endroit ni trop ombragé ni trop ensoleillé. Ensuite, préparez le sol. Il faut le remettre à plat autant que possible. Récupérez des palettes (de préférence robustes et épaisses).

Réalisation des pieux de soutien

Réalisation des pieux de soutien

Fixer les palettes entre elles et sur les pieux

Fixer les palettes entre elles et sur les pieux

Pour la réalisation de cette porte, une palette a été coupée en 2

Pour la réalisation de cette porte, une palette a été coupée en 2

Le grillage de maintien

Pour que votre composteur ne déborde pas, un grillage bien fixé est nécessaire

Pour la fixation du toit, vous aurez besoin de deux charnières

Pour la fixation du toit, vous aurez besoin de deux charnières

Composteur

Et voilà !

Conseils supplémentaires :

– Pensez à placer votre composteur à l’ombre. S’il est au soleil et il fait trop chaud, il va dessécher. Il faut l’arroser et le couvrir.

– Il est important d’avoir un bon taux d’humidité et une bonne aération. Un arrosage de temps en temps augmentera la performance de compostage.

– Votre bac à composte doit être en contact constant avec le sol car il est la source de micro-organismes : les larves, les insectes, les champignons et les bactéries viendront avec plaisir dans votre composte.

– Il est bien de brasser votre tas de compost de temps en temps. C’est un geste simple qui permettra une bonne aération et homogénéisation du contenu du compost. Si vous voulez accélérer le processus de fermentation, vous pouvez ajouter des activateurs naturels.

– L’idéal c’est d’avoir deux composts. Lorsqu’un bac termine sa fermentation en compost, vous pourrez remplir le second !


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !