Les petites bulles de Tahiti, des savons bio créés localement par Maeva

Installée en Polynésie depuis moins d’un an, Maeva nous raconte comment elle s’est intéressée au savon, il y a maintenant 2 ans.

Après avoir constaté que tous les savons industriels contenaient des ingrédients allergènes, irritants, perturbateurs endocriniens… Elle crée Les petites bulles de Tahiti. Un projet qu’elle développe avec des valeurs qui lui tiennent à coeur, dont une particulièrement ; l’écologie. En effet, le respect de la nature est au centre de ses préoccupations.

Entièrement bio, ses produits sont faits à base d’huiles et de beurres naturels, auxquels elle y ajoute les particules gommantes, huiles essentielles, argiles…

On vous laisse découvrir !

Ia ora na Maeva, peux-tu te présenter à nos internautes ?

Ia ora na ! Je m’appelle Maeva et j’ai 33 ans. Je suis arrivée en Polynésie avec mon mari l’été dernier, suite à une mutation. Ce n’était pas une terre inconnue pour nous car il a grandi ici, et sa famille est à Huahine.

Racontes-nous ton parcours…

Je suis mécanicien sur Casa dans l’Armée de l’Air depuis que j’ai 18 ans, et mon mari aussi. Nous avons finalement été mutés ici à notre grande joie, car c’est vraiment un retour aux sources. Notre retraite militaire approchant maintenant, nous sommes en train de préparer notre projet de pension de famille à Huahine. Projet axé sur l’écotourisme, et incluant des savons naturels pour les hôtes…

Comment et depuis quand t’es-tu intéressée au savon ?

Il y a 2 ans, alors que nous étions encore en métropole, j’ai réalisé que quels que soient les produits lavants, savons industriels ou gel douche que j’utilisais, ma peau était toujours très sèche et que je devais systématiquement mettre de la crème hydratante après la douche. J’ai commencé à lire les étiquettes car je me demandais si je ne faisais pas une allergie. Evidemment, les noms des ingrédients sont écrit si petit et dans des termes tellement incompréhensibles que j’étais encore plus perdue ! En approfondissant mes recherches j’ai réalisé que tous les produits lavants, y compris pour peaux sensibles ou pour bébé, sont composés de dérivés pétroliers, de parfums de synthèse, de morceaux de plastique pour les gommages… J’ai voulu trouver une alternative ! J’ai vu  un atelier sur la saponification à froid, ce fût une révélation !

Peux-tu nous expliquer ton métier ?

Le plus compliqué pour fabriquer du savon c’est de créer la  recette !  Selon les propriétés que l’on souhaite avoir,  il faut sélectionner les huiles et beurres.

Après, on détermine les proportions afin que le savon ait la bonne texture, qu’il mousse assez… Tout se pèse au gramme près ! La moindre erreur de calcul peut gâcher un savon.

On prévoit ensuite les ajouts. Particules gommantes, huiles essentielles, argiles… C’est l’étape où la créativité a libre court !

Ensuite place à la réalisation, pas d’improvisation car tout est préparé d’avance. Il faut entre 2 et 3 heures pour réaliser un pain de savon. Le lendemain je le démoule, le découpe et c’est parti pour 4 semaines de séchage, à la fin desquelles je les emballe individuellement et les vends.

Tu fabriques des savons bio ; est-ce que c’est important pour toi d’avoir une éthique particulière ?

Il est primordial pour moi de fabriquer des savons bio ! En effet, tout est parti d’un constat : les savons industriels contiennent des ingrédients allergènes, irritants, perturbateurs endocriniens parfois… Des cocktails que l’on s’applique sur le corps plusieurs fois par jour ! Avec ces savons maison que je fabriquais pour ma famille initialement, je connaissais exactement le contenu ! Et quitte à faire cette démarche, le bio et le commerce équitable m’ont  paru évidents pour une meilleure qualité du  savon, tout en respectant l’environnement ainsi que les gens qui produisent ces huiles et beurres.

Quelle place consacres-tu à l’écologie dans ton métier et dans ta vie de tous les jours ?

Le respect de la nature est au centre de mes préoccupations quotidiennes ! Que ce soit dans mon travail ou dans ma vie, je cherche toujours à faire de mon mieux pour être éco responsable.  En effet, je me dis que si nous continuons à maltraiter notre planète à ce rythme, nous vivrons bientôt dans un désert…

Quels sont les ingrédients qu’on retrouve dans tes savons ? Sont-ils tous naturels ? Comment les sélectionnes-tu ? T’approvisionnes-tu localement quand c’est possible ?

Le principe de la saponification à froid  repose sur une réaction chimique de base, à décliner à l’infini. On mélange des huiles avec de la soude, un composé chimique très simple issu de l’eau salée, et cela produit du savon !

A la différence des huiles de synthèse utilisées dans les savons industriels, je choisis toujours des huiles et des beurres naturels,  bio et de filière équitable. Je les sélectionne avec attention, pour les qualités qu’ils apporteront au savon  fini, et donc à la peau !

Je m’approvisionne localement pour l’huile de coco évidemment ! Sinon pour les autres produits il est malheureusement très difficile de trouver ici des huiles de la qualité que je m’impose ! Je demande souvent à mon papa en métropole de me ravitailler par colis. Je ramène aussi des matières premières de mes voyages : huile d’olive extra vierge de Grèce, poudre d’eucalyptus de l’île de Pâques, miel des marquises… Tout est source d’inspiration !

Comment distribues-tu tes savons ?

Je n’ai pas de boutique avec pignon sur rue ! La solution la plus simple que j’ai trouvé pour faire connaître mon travail est une page Facebook, Les petites Bulles de Tahiti. Je présente les différents savons que j’ai en stock, avec bien sûr le détail de leurs ingrédients et leurs propriétés et indications. Un petit mot sur Messenger, et je viens livrer (entre Arue et Punaauia).

Comment  se  déroule la création de nouveaux savons ? Où puises-tu ton inspiration ?

Pour faire de nouvelles recettes, je pars le plus souvent d’un besoin d’un de mes proches ou d’un lecteur de ma page. On me demande un savon pour bébé, ou pour peaux à problèmes, un shampooing… Je crée ensuite un cocktail qui répond aux besoins qu’on m’a exposé ! J’aime aussi partir d’un ingrédient que je ramène de voyage ou que je découvre ici, et je cherche la meilleure manière de mettre en valeur ses propriétés !

Quels conseils donnerais-tu aux jeunes qui aimeraient entreprendre ?

Je pense que toute idée mérite d’être creusée ! Beaucoup de concept peuvent fonctionner, à conditions de bien réfléchir bien sûr aux  produits que l’on veut proposer, mais aussi de tout ce qu’il y a autour. Je pense aux matières premières, emballages… Et le plus important à mon avis est de prendre en compte les retours des clients, car c’est le meilleur indicateur de tendance qui soit !

Questions de fin d’interview :

Ton savon coup de coeur ?

Le savon MENU ENFANT, sans parfum ni huile essentielles. Il hydrate en douceur et est idéal même pour les bébés !

Un parfum préféré ?

Le monoi ! J’ai découvert dernièrement qu’il se prêtait parfaitement à la saponification, et le parfum c’est un vrai bonheur !

Ta dernière découverte ?

Le marc de café, pour des savons gommants. Il rend la peau toute douce !

Un mot pour finir ?

J’espère que vous serez nombreux à me rendre visite sur ma page ! Pour les semaines à venir je vais essayer de lancer des ateliers de fabrication de savons, pour faire vos propres petites bulles en toute convivialité !


Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Like us!

ou

Inscrivez-vous

à notre newsletter

Merci !